La lettre du PREMIER degré


 

Bulletin d’information CGT des écoles de l’Essonne

 


"Bien informés les hommes sont des citoyens, mal informés ils deviennent des sujets" Alfred Sauvy

Jeudi 14 février 2019 

La rentrée 2019 se prépare dès à présent (réformes, carte scolaire, mouvement, orientations…) et les perspectives sont alarmantes.

Les raisons sont nombreuses et les politiques scolaires actuelles y seront pour beaucoup.

Citons le projet de loi Blanquer "pour une école de la confiance", qui dans son article premier contient des dispositions dangereuses pour la liberté d’expression des personnels.

 

La CGT ne peut se satisfaire de cet état de fait et participe activement aux luttes qui s’organisent sur l’ensemble du département.

Ainsi pour montrer leur rejet des réformes des lycées et de la voie professionnelle, pour montrer leur rejet des dotations largement insuffisantes de nombreux lycées et collèges se sont mobilisés le soir du 12 février.

 

Pour dénoncer les baisses de moyens dans l’ensemble du service public d’Education et l’ensemble des contre-réformes menées par le Ministre Blanquer, des personnels des écoles et des établissements scolaires de l’Essonne, des parents d’élèves, à l’appel notamment de la CGT éducation 91 se sont rassemblé.es mercredi 13 février devant la DSDEN  à l’occasion du CDEN (Conseil départemental de l’Éducation nationale).

 

Ne nous laissons pas bâillonner ! Amplifions le mouvement !

 

 

Les raisons de la colère sont nombreuses, les moyens d’expressions de cette colère aussi ! Il est devenu vital de poursuivre la mobilisation pour un autre partage des richesses, une politique de justice sociale, qui protège les plus faibles et les plus fragiles. 

1 - Mouvement départemental : des nouvelles règles qui changent tout …en pire !

 

 

 

En ce début février, les DASEN sont obligé-es de jongler entre l’obligation de refondre leur circulaire en intégrant les obligations soulignées par le MEN et les opérations de Carte Scolaire à mener. Et c'est aux personnels de l'administration d'assumer ce casse tête dans l'urgence

 

Une fois encore, répondre aux injonctions hors sol du ministère,complique le travail des agent.es et rend les conditions de travail des représentant-es des personnels très insatisfaisantes. D’autant que les arbitrages départementaux sont très défavorables aux personnels.

 

C’est pourquoi l'intersyndicale vient de s'adresser au ministre dans un courrier que vous trouverez en pj pour lui demander de surseoir à la mise en œuvre de ces nouvelles modalités pour cette année et d’ouvrir de nouvelles concertations. L’Essonne n’est pas épargnée.

 

Dans notre département, trois groupes de travail ont déjà été nécessaires à cette rédaction et malgré le travail  des représentants de la CGT Education dans la défense des intérêts des personnels de nombreux points restent encore en suspend. S’il a été question d’une interface ministérielle commune à tous les départements, pour le moment, aucune personne des services du rectorat n'a encore été formée sur ce dispositif.

 

Outre le fait que ce système puisse être défectueux à son départ (comme tant de dispositifs informatiques lancés à la hussarde), notre crainte est que ce mouvement hors-sol ne prenne pas en compte la réalité des personnels et des situations géographiques.

En effet, le ministère a demandé :

- d'appliquer la règle pour les personnels souhaitant regagner l'outre-mer au mouvement départemental !!

- la suppression du deuxième mouvement à titre provisoire par la création d'une deuxième liste de vœux "larges" pour que les collègues obtiennent des titres définitifs obligatoires !

- que la règle du rapprochement de conjoint soit prise uniquement par rapport au lieu de travail du conjoint et non par rapport à celui de l'enfant ou de la famille !

- que les enfants ne comptent plus en point (sauf dans l'optique de se rapprocher du lieu de travail du conjoint).

 

La CGT a déploré ce type de règles déconnectées des réalités des personnels. Ses représentant·es ont insisté également sur les omissions et pertes de ce nouveau système. Ainsi   :

- absolument rien de prévu pour les parents isolés

- les points jusque-là accordés pour des postes spécialisés ou en d'éducation prioritaire à titre provisoire seraient abandonnés,

- les postes de décharges n'obtiendraient des points qu'à partir de trois ans à TD et rien n'est prévu pour les remplaçants (notamment les BD).

 

 

Ce ne sont que les premiers exemples de ce mouvement établi à marche forcée. La CGT Education 91 continuera à défendre les intérêts des collègues en les informant et en les défendant au mieux dans les prochaines négociations avec l'administration.

La CGT a déploré ce type de règles déconnectées des réalités des personnels. Ses représentant·es ont insisté également sur les omissions et pertes de ce nouveau système. Ainsi   :

- absolument rien de prévu pour les parents isolés

- les points jusque-là accordés pour des postes spécialisés ou en d'éducation prioritaire à titre provisoire seraient abandonnés,

- les postes de décharges n'obtiendraient des points qu'à partir de trois ans à TD et rien n'est prévu pour les remplaçants (notamment les BD).

 

 

Ce ne sont que les premiers exemples de ce mouvement établi à marche forcée. La CGT Education 91 continuera à défendre les intérêts des collègues en les informant et en les défendant au mieux dans les prochaines négociations avec l'administration.

2 - Ecole du socle : La loi Blanquer nous l’impose !

 

Si l’idée d’un rapprochement école/collège n’est pas nouvelle, sa mise en œuvre par amendement prouve une fois de plus, s’il en était besoin, le mépris et la défiance à l’égard de la communauté éducative. Outre la forme, nous dénonçons avec force la mise en place de ces écoles du socle qui n'ont pas la visée pédagogique que veut bien nous laisser entendre le ministre, mais qui annonce un changement structurel en profondeur, synonyme d’économies de personnel pour l'éducation nationale et celles de locaux pour les budgets communaux.

 

Lire le communiqué de la CGT Educ'Action

3 - AESH : après le 6 février, poursuivre la mobilisation pour la fin de la précarité et l’exigence d’un vrai statut !

 

Mercredi 6 février, c’est à l’appel de l’intersyndicale nationale initiée par la CGT Éduc’action, qu’un peu partout en France, les personnels accompagnant·es d’élèves en situation de handicap (AESH), ont fait entendre qu’elles et ils ne veulent plus subir leurs conditions de travail dégradées, leurs bas salaires, la précarité et le mépris de l’institution pour leur métier 100% nécessaire !

 

Dans des dizaines de rassemblement sur tout le territoire, ces personnels 100% précaires ont exigé la sécurisation de leur statut par la titularisation avec un statut de fonctionnaire, une réelle revalorisation salariale, une formation qualifiante, adaptée à la réalité du terrain et des conditions de travail décentes.

 

Pour la CGT Éduc’action et les personnels, les dernières annonces ministérielles de mettre en place des contrats de 3 ans à la rentrée 2019 sont plus qu’insuffisantes et ne permettent pas de sortir de la précarité. Dans toutes les délégations reçues et par courrier la CGT Éduc’action a interpellé le ministère en ce sens.

 

Les personnels AESH ont également fait part de leur refus de l’élargissement de leurs missions au périscolaire et à l’extrascolaire. Elles et ils veulent la reconnaissance de leur temps de travail invisible, de la pénibilité de leurs missions et une augmentation immédiate des salaires, pas d’un 2nd employeur comme l’étudie le ministère.

 

La CGT Éduc’action et les personnels ont également fait part de leur inquiétude quant au projet ministériel de généralisation de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) et de développement de la mutualisation dans un contexte d’insuffisance des recrutements. Cela ne pourra qu’accentuer les inégalités et la pression hiérarchique, dégrader encore les conditions de travail et nuire à un réel accompagnement inclusif des élèves.

 

Ce début de mobilisation appelle des suites. De plus en plus nombreux·ses, de plus en plus visibles, les AESH entrent dans l’action. Elles·ils ne s’arrêteront plus. Aucune avancée pour les personnels ne sera gagnée sans notre mobilisation.

 

La CGT Éduc’action va continuer de porter les revendications des AESH.

Dans les prochains jours, la CGT Éduc’action proposera à l’intersyndicale de prolonger l’action par de nouvelles initiatives. 

Télécharger ce communiqué sous format PDF

 

 

Ce début de mobilisation appelle des suites. De plus en plus nombreux·ses, de plus en plus visibles, les AESH entrent dans l’action. Elles·ils ne s’arrêteront plus. Aucune avancée pour les personnels ne sera gagnée sans notre mobilisation.

 

La CGT Éduc’action va continuer de porter les revendications des AESH.

Dans les prochains jours, la CGT Éduc’action proposera à l’intersyndicale de prolonger l’action par de nouvelles initiatives. 

 

Télécharger ce communiqué sous format PDF

4 - Carte scolaire : des perspectives peu réjouissantes pour la rentrée 2019

 

Suite à un premier groupe de travail, le comité technique départemental, chargé d'étudier les propositions de répartition des moyens (classes, spécialisé, remplaçants) s'est réuni.

 

La CGT Education 91 y a défendu des dizaines de dossiers d'écoles que les collègues nous avaient transmis et a dénoncé les situations que vivaient les personnels et leurs élèves dans de nombreuses villes (locaux insuffisants et/ou politiques menées par l'Education Nationale).

 

Lors du vote, les représentants syndicaux ont refusé la proposition de la direction à l'unanimité. Pour la CGT Education 91, ce sont les moyens alloués à notre département qui sont insuffisants.

 

A la CGT Education 91 nous n'oublions pas que depuis des années, l’Essonne est un des départements de France le plus mal doté et qui possède un taux d'encadrement parmi les plus bas.

La direction a bien tenté de présenter les choses de la plus belle des manières (143 postes en plus pour 600 élèves supplémentaires), pourtant le compte n'y est pas.

 

Le dédoublement des classes de CP et CE1 prend, depuis son installation, la quasi totalité des moyens supplémentaires qui sont alloués. Si cette mesure semble être une bonne chose, elle ne peut se faire au détriment de toutes les autres classes et des autres dispositifs.

 

Avec plus de 141 postes supplémentaires, le dédoublement des CE1 en REP et une dizaine de postes de remplaçants pour suivre les formations REP/REP+, le dispositif coûte bien plus que les moyens supplémentaires alloués au département...

La conséquence est une hausse du nombre d’élèves par classe, même dans les classes de l'éducation prioritaire hors CP et CE1.

 

Le Ministère fait le choix de ne pas donner les moyens pour accompagner la montée démographique, cela entraîne des suppressions de postes :

- suppression d’une douzaine de postes de maîtres + (il n'en restera qu'une vingtaine pour l'année prochaine sur le 91)

- suppression de postes de remplaçants (30 pour le moment, dont 10 à titre définitif)

 

 

Pour la CGT Education, l'amélioration des seules classes de CP et CE1 en REP ne peut se faire sur le dos des autres classes de l'éducation prioritaire, ni sur le milieu "ordinaire", ni sur les moyens dans le spécialisé.

Jeudi 17 janvier 2019

   

SOMMAIRE  

 

1- Réforme : quel mouvement départemental ?

 

Le ministère cherche à uniformiser les règles des différents mouvements des personnels. Les organisations syndicales siégeant en CTSD ont donc été consultées lors d’un GT sur les impacts pour notre mouvement.

 

Il en ressort que ce projet risque de modifier de nombreux points et changer des équilibres entre les éléments de barème départemental, question cruciale pour des centaines de collègues.

 

Chaque priorité vaudra un certain nombre de points, cumulables ou non et détermineront un classement des participant·es.

 

Une des nouveautés est l’apparition de « priorités légales » forcément supérieures à tout autre élément du barème.

 

Cela pourrait avoir comme conséquence que certaines situations individuelles (sociales, médicales, familiales, incidence technique au mouvement précédent) ne soient plus autant considérées qu’avant.

 

La CGT Education 91 est intervenue pour dénoncer les manques et problèmes de cette réforme :

       - Non prise en compte des situations de parents isolés,

       - risque pour les situations médicales non retenues comme RQTH,

       - pas de prise en compte des situations sociales particulières,

    - questionnement sur les bonifications dans des postes sur «  zone à difficulté de recrutement »

    - ambiguïté d’appellation de certains postes pour leurs incidences géographiques ou de missions (ZIL, ASH,…)

 

Au delà de ces problèmes, en se calquant simplement sur des normes nationales et du second degré, ce projet amène à des situations ubuesques (obligation de prendre en compte l’outre-mer dans le mouvement de l’Essonne, favorisation du rapprochement de conjoint par le lieu de travail).

 

Si le développement de ce projet se poursuit sans prise en compte des besoins réels des collègues, le prochain mouvement risque d’être plus que problématique.

 

 

La CGT Education 91 ne manquera pas de tenir informé les collègues des suites apportées lors des prochaines réunions et continuera de défendre des règles de mouvement les plus favorables possibles pour l’ensemble des personnels.

 

 

2- Carte scolaire

 

 

 

Comme chaque année, le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) se réunira sur la carte scolaire, question cruciale pour des dizaines d’écoles et d’établissements qui sont menacés d’éventuelles fermetures ou, au contraire, qui pourraient bénéficier d’ouvertures de classes.

 

Le Comité Technique est consulté notamment sur les questions d'organisation et de gestion des effectifs des établissements du département.

 

Dans une situation départementale tendue (manque de postes pour absorber la hausse démographique, réseaux d’aide exsangues, …), un Comité Technique départemental est prévu le 7 février. Lors de cette réunion, nous examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

 

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’écoles qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

 

 

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer.

 

 

 

3- La CGT Éduc’action soutient toutes les mobilisations et expressions contre la politique éducative du gouvernement

 

Depuis plusieurs semaines, plusieurs mouvements citoyens et professionnels de protestation contre la politique Macron apparaissent partout en France. Le champ de l’Éducation n’y échappe pas. Après le mouvement #PasdeVague, c’est un mouvement « Stylos Rouges » qui s’est constitué avant les vacances de fin d’année.

La 
CGT Éduc’action soutient les revendications portées par ce mouvement qui rejoignent, pour la plupart, celles que nous portons depuis très longtemps.

Lire la suite 

 

4- Rendre attractif le métier d’AESH ? Donner des perspectives d’avenir ? Chiche !

 

Jeudi 20 décembre, la CGT Éduc’action a été reçue en audience bilatérale par le ministère dans le cadre de la concertation nationale sur l’École inclusive qui doit se terminer le 14 février 2019. Le ministère prétend vouloir “rendre attractif le métier d’AESH, lui donner des perspectives d’avenir” mais ne propose aucune mesure concrète pour y arriver. Au contraire.

 

Quant à la concertation, celle-ci n’est en fait que de l’affichage en ce qui concerne les AESH, il n’y a aucun dialogue social.

 

Pour la CGT Éduc’action, l’urgence est de répondre aux revendications des personnels AESH en terme d’évolution de leur statut, d’une réelle revalorisation salariale, de formation et de conditions de travail. 

 

Lire la suite

Mercredi 28 novembre 2018

   

SOMMAIRE 

 

 

1- Élections professionnelles

 

2- Mutations nationales

 

 

 

3- « Le petit cahier national »

 

 

4- Mobilisation du 1er décembre

 

 

 

 

1-  Élections professionnelles

 

 

Les élections auront lieu du 29 novembre au 6 décembre. Les notices de vote sont arrivées dans les établissements, en cas de difficulté, il ne faut pas hésiter à contacter le syndicat. 

Vous trouverez sur notre page élection un tutoriel qui explique toute la procédure et le calendrier pour voter. Il peut être précieux pour voter CGT.

 

 

Les résultats seront analysés par le Ministère, le poids du vote CGT sera, n'en doutons pas, un signe politique fort à lui envoyer !

 

 

2- Mutations nationales :

 

 

Alors que depuis des années les résultats des permutations sont catastrophiques et que certaines situations individuelles sont dramatiques, le ministère n’a rien changé cette année aux grands équilibres du mouvement national et du barème.
Aucun levier nécessaire n’a été revu ou modifié : toujours un calibrage académique contraignant, aucun recrutement massif fluidifiant le mouvement…
Le ministère a préféré garder ses principales modifications pour les mouvements intra-départementaux. 
La quasi seule avancée du mouvement national cette année est la sécurisation juridique permettant ainsi d’étendre les priorités légales comme l’autorité parentale conjointe ou un geste en faveur des territoires d’outremer.
La CGT Educ’action retient surtout que la gestion des personnels se fait dans un grave contexte d’austérité et de réduction des effectifs. Une très longue et dure période s’ouvre donc pour les collègues souhaitant changer de département.

Malgré tout, la CGT Educ’action reste auprès des personnels pour les épauler, les conseiller et les aider à faire valoir leurs droits. N’hésitez pas !

Notre 4 pages permutations 

Notre dossier de suivi


La saisie des candidatures s'effectue depuis le 15 novembre 2018 (12h, heure de Paris) jusqu'au 04 décembre 2018 (18h, heure de Paris)

 

                   Télécharger la circulaire

 

3- « Le petit cahier national » :

 

Retrouvez le petit cahier n°53 de la CGT Educ’action.

Au sommaire de ce numéro, des informations sur les élections professionnelles, les évaluations nationales, la direction d’école, l’éducation prioritaire, le mouvement inter et intradépartemental, le CAPPEI, les AESH…

 

Bonne lecture !

 

4- Mobilisation du 1er  décembre :

 

 

déclaration de la Commission exécutive confédérale CGT

 

 

Agissons : urgence, salaires, emplois et justice sociale

 

Des salariés actifs et retraités, des citoyens expriment une colère légitime pour avoir les moyens de vivre dignement, pour plus de justice sociale. Cette colère, la CGT la comprend et la porte au quotidien depuis plusieurs mois et au travers de nombreuses journées d’action et de grèves. 

Lire la suite

 

A PARIS le SAMEDI 1 DECEMBRE 2018

 

La CGT appelle à manifester.


Manifestation 12H PLACE DE LA REPUBLIQUE 

1- Préparation de rentrée : carte scolaire 

 

Mardi 5 juin se tiendra un groupe de travail préparatoire au Comité technique spécial Départemental qui devrait ajuster les opérations de carte scolaire pour la rentrée prochaine. Celui-ci aura lieu le 12 juin. Il devra faire les ajustements pour des dizaines d’écoles et d’établissements qui sont menacés d’éventuelles fermetures ou, au contraire, qui pourraient bénéficier d’ouvertures de classes.

Nous y examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’école qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

 

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer.

 

 

Les appréciations des IEN ne sont toujours pas en ligne, quand elles le seront vous trouverez la votre sur I prof.

 

En allant  sur "Les Services"

Puis sur le bouton OK de "accéder à la campagne de Hors-classe prof. des écoles 2018-19"

 

Puis sur "Consulter votre dossier" 

 

et enfin l'onglet "Synthèse."

L'avis de l'IEN de circonscription apparaîtra en haut.

Rappelons que suite à cette appréciation et "à l'étude" de votre dossier l'IA donnera une appréciation (excellent, très satisfaisant, satisfaisant ou à consolider) qui sera présentée le 12 juin lors de la CAPD. Cet avis sera déterminant dans votre barème. 

 

3- Marée populaire 

 

 

 

 

 

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant. es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international.

Lire la suite

1- Défense de la fonction publique : unité des luttes

 

Après la casse du code du travail, parallèlement aux attaques contre les privé·es d’emploi et en préparant la destruction de notre système de retraites, le gouvernement s’attaque aux services publics et aux statuts des personnels qui assurent leurs missions...

 

Pour réagir, La CGT Éduc’action appelle à construire la grève dans notre secteur et à s’emparer de toutes les initiatives de mobilisations larges (AG, grèves, rassemblements…) qui seront prises, et s’engage à faire converger ces mobilisations vers la date interprofessionnelle du 19 avril, et ses suites nécessaires.

Lire la suite dans le tract de la CGT-Éducation.

 

 

2- Avenir de l'école maternelle

 

 

- Des assises, une annonce et des insuffisances ...

En organisant les Assises de l’école maternelle, Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer souhaitent ouvrir une nouvelle voie de réforme dans l’Éducation nationale. En annonçant ce mardi 27 mars, lors de ces Assises, la scolarisation obligatoire des élèves dès 3 ans, le Président accède à une vieille revendication de la CGT Éduc’action. Nous reconnaissons que c’est un geste important pour travailler à l’égalité d’accès aux savoirs, aux connaissances et à la sociabilisation des tous les enfants vivant dans notre pays...

Cependant une telle annonce n’est qu’une demi-mesure ...

Lire la suite

 

- Et un statut des ATSEM insuffisant

Après des années de concertation, de négociations et de journées d’action, un nouveau décret modifiant le statut des ATSEMs (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) a été publié au J.O. le 3 mars. Les personnels attendaient beaucoup de ce nouveau texte car il semblait que des avancées étaient envisageables pour ces collègues.

Lire la suite...

 

 

3- Classe exceptionnelle : la prime à l'opacité

 

La classe exceptionnelle est une des mesures instaurées par le PPCR. Ce plan que nous dénoncions à juste titre vient à nouveau de démontrer qu'il ne rattrape pas la perte salariale organisée depuis des années pour les collègues, ni une garantie supplémentaire d'équité de traitement.

Le passage à la classe exceptionnelle fait la part belle aux inégalités déjà en place. Les inégalités de traitement par rapport à nos fonctions sont ainsi gravées dans le marbre.

Plus grave, les inégalités hommes/femmes sont parfois accentuées avec ce nouveau système. Nous vous invitons à lire à ce propos l'excellent article publié ici.

 

Dans notre département, 118 collègues ont été finalement nommés lors de la dernière CAPD restreinte à cette classe exceptionnelle. La difficulté des services et des représentant·es des personnels pour trouver une solution à ce classement est encore la preuve que ce système est avant tout fondé sur un caractère "aléatoire et inégalitaire".

 

La prochaine campagne d'entrée dans cette classe exceptionnelle commencera en mai/juin prochain pour la rentrée 2018.

 

Notons également que les entrées dans les échelons spécialisés de la classe exceptionnelle pourront se faire au 1er septembre prochain pour les collègues qui auront déjà été nommé à l'échelon 4 de cette nouvelle classe.

 

1- CTSD : premier bilan

 

Le comité technique s’est tenu toute la journée de jeudi dernier. Il n’a pu se terminer au vu de la densité des réformes et de l’intensité des débats. De plus, à l’unanimité des syndicats présents (l’unsa étant excusée), la carte scolaire a été rejetée.

Un nouveau CTSD a donc été convoqué ce lundi 12 février.

 

Plusieurs modifications ont été proposées lors de ces comités :

La direction académique  a fait de nouvelles propositions pour certaines écoles (fermeture ou ouverture).

Les postes de ZIL vacants ne sont plus fermés, il y aurait une nouvelle appellation : ZID (zone infra-départementale à l’échelle des circonscriptions) : nous revenons dessus dans un article spécifique à la suite de celui-ci.

Les décharges exceptionnelles seront étudiées ultérieurement

Les + de maitres en AEP sont maintenus pour le moment mais sont fermés en REP et REP+ afin de « financer » les dédoublements.

 

 

La CGT a défendu toutes les situations d’écoles qui lui étaient parvenus au cours des réunions de carte scolaire (le Groupe de Travail et  les deux comités techniques). Certaines écoles ont pu voir ainsi leur situation évoluer dans le bon sens. Toutes les écoles dont la CGT Education 91 avait les prévisions ont été prévenues de leur situation. Les écoles dont la situation avait changé ont été prévenues également des changements survenus depuis quinze jours.

 

2- METEO DES NEIGES : la pagaille !!!

 

La situation de cette semaine a été très agitée, les consignes de la direction départementale ont été comprises de toutes les manières possibles dans les circonscriptions. Résultat : des collègues inquiet·es de ne pas savoir ce qu’ils/elles  devaient faire.

La CGT (tout comme d’autres organisations syndicales) a tenu à vérifier auprès du Dasen que les collègues ne seraient pas inquiété·es pour leur retard ou leurs absences suite aux intempéries. Le dasen s’est voulu rassurant sur cette question mais a rappelé qu’en revanche, les enseignant·es ne pouvaient quitter leur poste ou leur école sans une autorisation d’absence de leur inspection.

 

Nous en avons eu la confirmation lors du comité technique du 8 février. Si votre situation n’est pour autant pas réglée, n’hésitez pas à nous contacter.

  

3- REMPLACANTS : une réforme remise à plat

 

La réforme proposée par la DSDEN se redessine, Un décret a été soumis  en CTSD qui devait redessiner les zones de remplaçants. Au final, les zones infra-départementales sont calquées sur les circonscriptions et la dsden conserve également une zone départementale.

 

A l’entrée du CTSD, le Directeur académique a annoncé que les postes vacants de ZIL qui devaient fermer sont finalement conservés (sous la nouvelle appellation de ZID). La CGT a demandé à ce que les tableaux présentés soient réactualisés formellement ce qui a été fait très rapidement. Ce changement dans les précisions de postes est un bon signe : le contingent de ZIL/ZID ne devant pas changer cette année.

Même si cela n’est pas une garantie absolue, cela va dans le sens de la préservation du « métier » de ZIL.

 

Pour les ZIl/Zid, le principe du remplacement en dehors de la circonscription en cas de nécessité de service sera vérifié par la DSDEN qui devra se prononcer en cas de remplacement en dehors de la circonscription.

Les longs remplacements pourront leur échoir en cas d’épuisement de la brigade gérée par la circonscription comme c’était déjà le cas.

 

Finalement, la grande modification de la réforme, ce sont les BD/ZDR (zone départemental de remplacement) qui devront être également géré·es par les circonscriptions (à l’exception des brigades « fléché·es »). Ce point nous semble aller dans le bon sens, à condition, que les secrétaires de circonscription n’en pâtissent pas dans leur charge de travail.

 

 

1 – La CGT Education vous souhaite une très bonne année !

 

En ce début d’année, la CGT éducation 91 vous présente ses meilleurs vœux pour 2018.

 

2–Rythmes à Evry : un exemple parmi d’autres de non-concertation ?

 

Comme d’autres communes, la mairie d’Evry avait organisé des concertations avec les parents et les enseignants sur les rythmes scolaires.

Plutôt qu’une concertation, de trop nombreux collègues (et parents) ont eu l’impression que c’était plutôt une présentation qui leur était faite et qu’une fois encore, la décision était quasi entérinée dans cette ville où la réforme de 2012 avait été imposée sans discussion.

En ce début d’année, via un questionnaire, chaque collègue, parent et personnel municipal peut désormais se prononcer sur les choix proposés par la municipalité (quid des AVS et AESH …) où n’apparaissent pas ceux exprimés par les collègues lors des réunions municipales.

La CGT Education 91 regrette, par exemple, que l’augmentation de la pause méridienne ne soit jamais remise en question par la municipalité.

Pour nous, s’il doit y avoir une réforme des rythmes elle ne peut que s’inscrire dans un cadre national et non municipal pour garantir l’équité de traitement de tous les personnels et des élèves sur l’ensemble du territoire. 

C’est le sens de nos interventions.

 

 

 

3 - Pétition intersyndicale contre le projet de remplacement

 

Suite à plusieurs réunions syndicales dont celles de la CGT Education 91 , le Snuipp-FSU a organisé une assemblée générale à laquelle le SNUDI FO 91 et la CGT Education se sont associés.

 

Suite à cette assemblée, une réunion s'est tenue avec les autres organisations syndicales.

Avec le SNUipp-FSU 91, SNUDI-FO 91, Sud Education 91, SE-UNSA 91 et le SGEN-CFDT, la CGT Education 91 proposent:

    - une pétition intersyndicale.

    - une audience auprès du DASEN

    - un rassemblement devant la Préfecture (date à préciser )

Nous vous invitons d’ors et déjà à signer la pétition en téléchargement sur notre site.

 

4 - Salaires : où en sommes-nous ?

 

Certain.e.s d’entre nous ont vu leur salaire augmenté en décembre, pourquoi ? Qu’en sera-t-il pour 2018 ?

Pour celles et ceux qui ont eu cette « chance », elle est due au basculement de grilles, lié aux accords PPCR.

Mais pour l’année 2018 la majorité d’entre nous n’a rien à en attendre de plus, ces accords salariaux qui devaient permettre d’autres augmentations ayant été gelés pour cette année !

D’autant que depuis maintenant plus de 15 ans  les politiques salariales des divers gouvernements qui se sont succédés ont visé à favoriser l'individualisation des salaires :

       - Valorisation d’un "mérite" supposé, en réalité une porte ouverte à l’arbitraire

     - Pour la Hors Classe, comme pour la « Classe exceptionnelle » valorisation de fonctions exercées jugées plus utiles que d'autres où l’appréciation de la direction académique prévaudra.

      - Apparition de primes et indemnités nouvelles... au détriment des retraites

Reste que tout ceci s'est fait au détriment de la valeur du point indiciaire... Résultat des courses, à ce petit jeu  qui y a gagné qui y a perdu?

 

La réponse est simple, tout le monde y a perdu, y compris pour les fonctions occupées ou les lieux d'exercice  qui ont "bénéficié" d'avantages dits conséquents...

Cette politique vise à la division des personnels en créant des tensions. Dans un système où tout le monde est perdant, le seul gagnant est l'Etat-Patron qui payera encore moins bien ses personnels cette année.

 

Pourtant, il y a urgence, quelques exemples pour vous en persuader si besoin était :

         - Augmentation de la CSG pour les actifs 1,7% compensée à hauteur de 1,67% par la suppression du 1% de solidarité institué dans les années 80 et par une prime mais qui ne sera pas réévaluée!!! Décret du gouvernement

          - Augmentation de la CSG de 1,7% non compensée pour les retraité-es dont la retraite  dépasse 1200€ (c'est à dire l'immense majorité des retraité-es enseignant-es, vous étiez riches et ne le saviez pas...), cela touche bien entendu les collègues retraité-es mais aussi celles et ceux qui partent en septembre... perte annuelle pour une pension brut de 2000€: 408€ net par an...

        - Augmentation des cotisations retraites: Passage à 10,56% + 0,37% (pour un salaire de 2000€ brut cela représente une perte de 88€/an)

         - Forfait hospitalier Passage à 20 € (+2 € = 11%)

      - Rétablissement du jour de carence pour les fonctionnaires en cas de maladie (un 30eme de votre salaire mensuel par arrêt de maladie)...

 

Soyons objectifs il y a certaines avancées, comme la baisse de la taxe d’habitation. Certes mais pas pour toutes et tous loin de là... Regardez le simulateur du Ministère des finances... Vous verrez qu'au delà du 8éme échelon pour un PE ou un couple de PE ce n'est pas évident.

L’impôt sur la fortune (ISF) disparait également pour un moindre Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), mais combien d’entre nous sont concerné.e.s ?

 

La Cgt Educ'action revendique une grille indiciaire permettant à toutes et tous d'atteindre le dernier échelon du corps et l’augmentation immédiate des salaires de 400€ pour tous.

 

 

5 - Carte scolaire

 

Dans une situation départementale insuffisante (avec pas assez de créations de postes pour absorber la hausse démographique, réseaux d’aide exsangues, …), un Comité Technique départemental est prévu en février. Lors de cette réunion, nous examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

 

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’écoles qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

 

 

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer. 

JEUDI 21 DECEMBRE 2017

 

SOMMAIRE

 

1- Salaire: il faudra donc attendre

 

 

2- Classe exceptionnelle : porte ouverte à l’arbitraire

 

 

3- Journée de carence : quand le sénat veut aggraver la situation …

 

 

4- Sondage BD/Zil : Que voulons-nous ?

 

 

5 - le petit cahier national est paru

 

 

6- Au bulletin officiel

 

 

 

 

 

 

1- Salaire: il faudra donc attendre

 

Les mesures et annonces gouvernementales se succèdent concernant nos salaires. Suite au report des modifications salariales pour 2018, les fonctionnaires vont à nouveau faire les frais de cette politique de destruction des services publics.

Elles ne font que confirmer les motivations qui avaient conduit la CGT, au contraire d’autres organisations syndicales, à refuser de signer le PPCR...

Lire la suite dans le tract de la CGT-Éduc'action

 

 

 

2- Classe exceptionnelle : porte ouverte à l’arbitraire

 

La note de service sur la classe exceptionnelle a été  publiée.

Elle prévoit une mise en place dès la rentrée 2017 (avec un effet rétro actif) MAIS en candidatant avant le 22 décembre.

1,43% des PE par an sera concerné par cette mesure.

Peu de candidat·es retenu·es, donc ...

Et des critères qui laissent la part belle au seul jugement de la direction... De 3 à 48 points pour l'ancienneté dans la Hors Classe, et de 0 à 140 points à l'appréciation du Directeur d'Académie !!!

On croit rêver !

La CGT avait raison de dénoncer le PPCR et de refuser cet "accord " !

 

 

3- Journée de carence : quand le sénat veut aggraver la situation ...

 

Dans le cadre de la discussion sur la Loi de Finances le Sénat a proposé  3 jours de carence pour les fonctionnaires en cas de maladie et la non compensation de l'augmentation de la CSG pour les fonctionnaires...

Dans le même temps ils ont proposé d'augmenter de 40% les salaires des maires de grandes ville et président-es de région...

 

 

4- Sondage BD/Zil : Que voulons-nous ?

 

Le projet de la DSDEN ne parle que de « titulaire remplaçant (TR) ». Il effectuerait « en priorité des remplacements dans la circonscription de leur école de rattachement », mais la circulaire prévoit la possibilité de faire intervenir tou·te·s les remplaçant·es sur l’ensemble du département : « Toutefois, les remplacements peuvent le cas échéant être étendus au bassin voire à l’ensemble du département. ».

Lire la suite...

 

Pour remonter au mieux vos revendications, nous invitons les collègues remplaçant·es à remplir notre questionnaire (en 30 sec) sur les choix qu’ils souhaiteraient faire si la circulaire passait

 

 

5 - le petit cahier national est paru:

 

Le Petit Cahier N°46 de la Cgt-Educ'Action. Publication nationale 1er degré.

 

 

6- Au bulletin officiel:

 

N°43 du 14 décembre 2017

Mobilité
Détachement des personnels enseignants des premier et second degrés, d'éducation et psychologues de l'éducation nationale auprès d'une administration ou d'un établissement public relevant de la fonction publique d'État, territoriale ou hospitalière, ou dans le monde associatif. année scolaire 2018-2019

note de service n° 2017-181 du 5-12-2017 (NOR MENH1729161N) 

 

Jeudi 30 novembre 2017

 

SOMMAIRE

 

1- Remplaçant: vers la fin des BD et ZIL ?

 

 

2- Rased: fin de vie programmée ?

 

 

3- Mutations: derniers jours

 

 

 

  

1- Remplaçant: vers la fin des BD et ZIL ?

 

Mardi 28 novembre, l’administration a présenté son projet de nouvelle circulaire. Si certains points du projet de circulaire vont dans le sens des demandes exprimées (organisation, école de rattachement, description de l'ISSR,...), l’une d’elle est particulièrement inquiétante !

En effet, le projet ne parle que de « titulaire remplaçant (TR) ». Il effectuerait « en priorité des remplacements dans la circonscription de leur école de rattachement », mais la circulaire prévoit la possibilité de faire intervenir tou·te·s les remplaçant·es sur l’ensemble du département : « Toutefois, les remplacements peuvent le cas échéant être étendus au bassin voire à l’ensemble du département. ».

 

La quasi-totalité des remplacements seraient gérés par les circonscriptions sans distinction de durée. L'argument de la nécessité de laisser le même enseignant sur un remplacement long ne tient pas. Il n'existe pas de texte formel indiquant une durée maximale de remplacement pour les ZIL. Il n'était donc absolument pas nécessaire de les faire changer de type de poste sauf à vouloir modifier aussi leurs obligations géographiques…

Le seul effet de cette modification sera de dégrader les conditions de travail des ZIL et des secrétaires de circonscription sans réelle amélioration du remplacement.

Pour la CGT, c'est avant tout le manque de moyens humains dans le remplacement qui a amené les écoles à souffrir de l'absence de collègues dans certaines classes...

 

Cette situation est aggravée par les effets néfastes de la « réforme des rythmes scolaires ». En introduisant des horaires et des jours de travail différents selon les écoles, cette réforme désorganise l’Education Nationale. Cela complexifie la gestion des personnels. Les représentants CGT ont d’ailleurs déjà demandé à plusieurs reprises que les règles de récupérations des heures supplémentaires soient inscrites dans la circulaire.

 

Les collègues ZIL seraient amené·es à perdre leur poste lors de la prochaine carte scolaire et une priorité leur serait accordée sur un poste de « Titulaire remplaçant » rattaché dans la même école.

 

La CGT a fait la proposition inverse ! Garder un minimum de BD et répartir ces postes de BD sur ceux des ZIL ! La gestion s'en trouvant plus simple, le mouvement aussi sans que les collègues à titre définitif ne perdent leur poste (au vu des nombreuses priorités existantes, le maintien sur poste de ZIL ne nous parait pas être garanti).

 

La CGT revendique les embauches nécessaires et l’abrogation de la réforme « des rythmes ».

La CGT s’oppose à ce projet de fusion BD-ZIL qui dégradera les conditions de travail des PE remplaçant et des secrétaires.

 

Pour remonter au mieux vos revendications, nous invitons les collègues remplaçant·es à remplir notre questionnaire (en 30 sec) sur les choix qu’ils souhaiteraient faire si la circulaire passait. 

 

  

2- Rased: fin de vie programmée ?

 

Nous sommes à la croisée des chemins. Peu à peu, depuis la sédentarisation des E  jusqu’au CAPPEI, les métiers de la difficulté scolaire disparaissent et sont remplacés par des « experts » du handicap, déconnectés de la réalité quotidienne des élèves.

La CGT Educ’Action pousse un cri d’alarme. Il est possible de ne pas se résigner.

Il est possible de sauver les RASED, de maintenir et d’étendre cet outil majeur de lutte contre l’échec scolaire.

Lire la suite …

 

  

3- Mutations: derniers jours

 

 Il reste moins d'une semaine pour saisir votre dossier. La saisie des candidatures s'effectue depuis le 16 novembre jusqu'au 05 décembre 2017 (18h, heure de Paris)

                   Télécharger le BO spécial

                   Lisez le BO spécial  en ligne

Les inscriptions se font sur le serveur via i-prof.

Vous pouvez trouver en lien le dossier national mutation de la CGT Educ'action.

 

Pensez à le renvoyer. La CGT Educ'action peut vous accompagner dans vos démarches. 

Jeudi 23 novembre 2017

 

SOMMAIRE 

 

1- Mutation Nationale : début des inscriptions !

 

2- Premier degré: donnez votre avis!

             

3-Comité technique : bilan d’une rentrée inquiétante

 

4- Au B.O

 

  

1- Mutation Nationale : début des inscriptions !

 La saisie des candidatures s'effectue depuis le 16 novembre jusqu'au 05 décembre 2017 (18h, heure de Paris)

                   Télécharger le BO spécial

                   Lisez le BO spécial  en ligne

Les inscriptions se font sur le serveur via i-prof.

Vous pouvez trouver en lien le dossier national mutation de la CGT Educ'action.

Pensez à le renvoyer. La CGT Educ'action peut vous accompagner dans vos démarches.

 

 

2- Premier degré: donnez votre avis!

 

La CGT Educ'action lance une grande enquête auprès des 340000 personnels du premier degré afin de connaitre leurs conditions de travail actuelles, mais également leurs attentes par rapport à l'évolution de celles-ci.

La CGT Educ'action vous donne donc la possibilité de vous exprimer par ce biais.

 

 

3- Comité technique : bilan d’une rentrée inquiétante

 

Mercredi dernier, un comité technique s’est tenu pour faire le bilan de cette rentrée scolaire. La CGT est intervenu pour faire remonter les mécontentements et les exigences des établissements et collègues sur différents sujets (Rythmes, Effectifs, contrats aidés, affectation, remplacements,….).

Vous trouverez en lien notre déclaration lors de cette instance.

 

4- Au BO

 

BO n°39 du 16 novembre 2017

Enseignements primaire et secondaire

·         Traitement automatisé de données

 

Création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Livret scolaire unique numérique »  arrêté du 24-10-2017 - J.O. du 3-11-2017 (NOR MENE1718570A)

Jeudi 9 novembre 2017

  

SOMMAIRE

 

 

 

1- Bilan de rentrée, votre avis compte

 

 

2- Questionnaire national premier degré: exprimez-vous!

 

 

3- 16 novembre : tous dans l'action

 

 

4- Elections professionnelles des psy-EN : vous avez jusqu'au 28

 

novembre !

 

 

5- Changement d'échelon en septembre?

 

 

6-  Mutation nationale : ouverture prochaine du serveur

 

 

7- Au B.O. !

 

 

 

1- Bilan de rentrée, votre avis compte

 

Un comité technique devrait se tenir le 22 novembre pour faire le bilan de la rentrée.

Lors de cette réunion avec la direction départementale nous ferons le point sur la situation des écoles : Effectifs, dispositifs REP/ REP+, "dédoublement CP", Maitres +, Rased,...

C'est l'occasion pour vous de nous faire remonter le maximum d'informations qui vous paraissent pertinentes !

En parallèle, se tiendra un Groupe de travail sur une nouvelle circulaire pour les remplaçants. N'hésitez pas à nous faire remonter vos remarques et idées également sur cette question.

 

 

2- Questionnaire national premier degré: exprimez-vous!

 

La CGT Educ'action lance une grande enquête auprès des 340000 personnels du premier degré afin de connaitre leurs conditions de travail actuelles, mais également leurs attentes par rapport à l'évolution de celles-ci.

La CGT Educ'action vous donne donc la possibilité de vous exprimer par ce biais. Votre avis nous intéresse et il ne vous faut que 5 minutes pour y répondre!

Pour donner votre avis cliquez ici

 

 

3- 16 novembre: tous dans l'action

 

Depuis l’élection du président Macron, nous assistons à la mise en place d’une série de réformes ultralibérales qui cassent tous nos conquis sociaux. Ces derniers ont pourtant permis de faire progresser notre société, d’élever les conditions de vie et de travail des salarié·e·s, de gagner l’allongement de l’espérance de vie, etc... 

Lire la suite : Le 16 novembre : Public, privé, toutes les raisons de se mobiliser

 

 

4- Elections professionnelles des psy-EN : vous avez jusqu'au 28 novembre !

 

Après de longs mois de négociations, le nouveau corps des Psychologues de l’Education nationale a vu le jour depuis le 1er septembre 2017, réunissant les ancien.nes COP-CIO du second degré et les psychologues scolaires du premier degré.

Parce que c’est un nouveau corps, ces personnels doivent désormais désigner leurs nouveaux.elles représentant.es au sein des commissions administratives paritaires nationales et académiques (CAPN et CAPA)...

Ce scrutin doit se faire par papier et exclusivement par correspondance.

Il se tient dès maintenant (le matériel de vote est envoyé directement aux personnels) et jusqu’au 28 novembre, date limite de retour des courriers de vote.

Tout en restant opposée à l’existence de ce corps, la CGT Éduc’action ne laisse pas les personnels sans défense et se présente à ces élections parce qu’elle porte des propositions sur ces métiers.

Notre profession de foi

Toutes les informations nécessaires sur le site du ministère

Jusqu'au 28 novembre, on vote et on fait voter CGT Éduc'action !

 

 

5- Changement d'échelon en septembre ?

 

Depuis le 1er septembre 2017, le protocole Parcours Professionnels Carrière et Rémunérations (PPCR) a entrainé un reclassement des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation relevant du Ministère de l’Éducation Nationale dans une nouvelle grille de rémunération et de progression de carrière. Voilà pourquoi l'ensemble des collègues  a retrouvé sur son iprof une modification d'échelon au 1er septembre. Si vous souhaitez de plus amples précisions sur la mise en place du PPCR, vous pouvez trouver plus d'informations dans l'article publié à ce sujet sur notre site national.

 

 

6- Mutation nationale : ouverture prochaine du serveur


La saisie des candidatures s'effectue du 16 novembre 2017 (12h, heure de Paris) au 05 décembre 2017 (18h, heure de Paris)

                   Télécharger le BO spécial

                   Lisez le BO spécial  en ligne



7- Au B.O. !

 

B.O. n°3 du 26 octobre 2017

                            n°36 du 26 octobre 2017 en ligne

                      n°36 du 26 octobre 2017 à télécharger

 

     Mouvement 
Mise à disposition de la Polynésie française des personnels enseignants du 1er degré spécialisés - rentrée d'août 2018 note de service n° 2017-161 du 25-10-2017 (NOR 
MENH1727959N)

 

 

MARDI 3 OCTOBRE 2017

 

SOMMAIRE

 

 

1- Toutes et tous en grève le 10 octobre

 

 

2- Plan social sur les CUI (Contrats Uniques d’Insertion)

 

 

3- Professeur.es contractuel.les : connaitre ses droits

 

 

1- Toutes et tous en grève le 10 octobre

 

Le président de la République et le gouvernement mènent une politique au service du profit, des plus riches et du MEDEF. Face à cette avalanche de mauvais coups, il faut se défendre. C’est pour cela que, sans attendre, la CGT a pris ses responsabilités en appelant à la mobilisation de tous les salariés. C’est particulièrement vrai dans la lutte engagée contre les ordonnances visant à démanteler le Code du Travail et à restreindre encore davantage les droits déjà bien limités des salariés.

La Fonction publique et ses agents ne sont pas épargnés par cette accumulation de mesures régressives : remise en cause des valorisations prévues, hausse de la CSG menace de rétablissement du jour de carence, suppressions d’emplois, amputation massive de budgets… C’est un véritable déluge de reculs qui s’abat sur le service public

Avant de connaître une très modeste revalorisation (0,6 % au 1er juillet 2016 et 0,6 % au 01 février 2017), la valeur du point était gelée depuis 2010. Ce gel inacceptable avait entrainé des pertes considérables du pouvoir d’achat. De 2010 à août 2017, le pouvoir d’achat a décroché d’environ 8 % par rapport à l’inflation. Avec la menace de reprise du gel, au rythme actuel des prévisions d’inflation, le décrochage de la valeur du point devrait, à la fin 2018, se situer aux environs de 9,5 % ! Il y a urgence à revaloriser nos salaires

 

C’est pourquoi, avec tous les syndicats de la fonction publique, la CGT Educ’action appelle à la grève le 10 octobre prochain. Lire l'appel unitaire intersyndical CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FA, FO, FSU, UNSA, Solidaires.

 

Vous trouverez ici un modèle d’intention de grève.

(Attention ! Vous avez jusqu’à vendredi pour faire parvenir votre déclaration d’intention à la circonscription, ou jusqu’à samedi avec votre adresse mail professionnelle.)

 

 

2- Plan social sur les CUI (Contrats Uniques d’Insertion)

 

Depuis des années, le service public de l’éducation est attaqué par les mesures d’austérité. Les services de vie scolaire et les services administratifs en sont particulièrement victimes.

Depuis des années, le recours massifs aux contrats aidés et notamment aux CUI est devenu la seule solution pour éviter l’explosion.

Durant l’été, le gouvernement a annoncé brutalement la fin de ces dispositifs, mais en promettant une sanctuarisation de l’Ecole. Pourtant, dès la rentrée, il est apparu que les promesses gouvernementales n’étaient qu’un mensonge de plus. L’Education Nationale sera bien victime de coupes sombres. Pour l'Education Nationale, dans le seul département de l’Essonne, ce sont environ 200 personnes qui seront touchées. Alors que l’administration prétend vouloir travailler à un allégement des taches des directeurs d’école, avec 150 suppressions d’emplois, les postes d’assistance administratives seront les plus touchés.

De plus, de nombreux contrats aidés dans les collectivités territoriales, eux aussi menacés, interviennent dans les établissements scolaires.

Cette suppression des contrats aidés est donc un véritable plan social, d’une violence inouïe, pour des personnes déjà précaires que l’on renvoie à Pole Emploi.

Les contrats aidés étant devenus indispensables, des écoles, des collèges et des lycées se trouveront en difficulté. Ces personnels occupent des besoins pérennes, qu’il est nécessaire de transformer en postes statutaires de la fonction publique ! La CGT Education revendique une vraie formation et la titularisation de ces personnels!

 

C'est aussi pour exiger, le réemploi de ces personnels et leur titularisation sur des emplois statutaires que nous appelons les personnels (titulaires et précaires) de l'Education Nationale à cesser le travail le 10 octobre.

 

 

3- Professeur.es contractuel.les : connaitre ses droits 

 

Le recrutement de Professeurs des Ecoles non-titulaire se développe. Vous trouverez ici le lien vers le guide syndical spécial non-titulaires constamment réactualisé par la CGT-Educ'action

JEUDI 31 AOUT 2017

 

SOMMAIRE

1- Bonne rentrée

2- Effectifs - carte scolaire

3- Loi travail : tous en grève le 12 septembre

4- Remplaçants : réunion syndicale le 13 septembre

5- PES

6- Formation : derniers jours pour l'inscription

7- Note de rentrée 

 

 

 

 1- Bonne rentrée

 

 

 

La CGT Education 91 vous souhaite à toutes et tous une bonne rentrée 2017 !

 

Nous sommes à vos côtés pour défendre vos situations d’écoles et répondre aux demandes individuelles.

 

                                

2- Effectifs – Carte scolaire

 

Un Comité Technique dit "d'ajustement" doit avoir lieu le 7 septembre.
Si vos effectifs de rentrée ont été modifiés, merci de nous retourner complété le formulaire téléchargeable ici .

 

 

3- Loi travail: tous en grève le 12 septembre

 

Sans surprise, le nouveau président Macron n’a pas l’intention de renoncer au passage en force sur la casse du Code du Travail. Ce projet est le prolongement du démantèlement commencé par les gouvernements précédents contre les droits des salarié-es et des retraité-es. C'est la politique libérale prévue par le président revendiquée par le MEDEF au seul bénéfice des classes dirigeantes. La CGT dénonce la hausse de la CSG, l’extension de l’inversion de la hiérarchie des normes, la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires et le blocage de leurs salaires, la remise en place du jour de carence...

Lire la suite dans le 4 pages de la CGT-Éduc'action " FACE AUX ATTAQUES DE CE GOUVERNEMENT CONTRE LES SALARIE-ES ET L’EDUCATION, SOYONS PRÊT-ES ! "

 

Dès la rentrée et la grève interprofessionnelle du 12 septembre, construisons, une mobilisation pour gagner.

 

Toutes & tous ensemble, construisons le rapport de force pour faire reculer Macron sur la nouvelle loi travail.

 

 

4- Remplaçants : réunion le 13 septembre

 

Une réunion d'information syndicale pour les remplaçants du département se tiendra le mercredi 13 septembre à la maison des syndicats d’Evry (place des terrasses de l’Agora).

Au menu: droits, obligations de services, nouveautés...

Si vous souhaitez participer, merci de nous prévenir par mail afin que nous ayons une idée du nombre de personnes présentes.

Pour rappel, les réunions d'informations syndicales peuvent être de fait décomptées des 18 heures de temps de service en animations pédagogique ou des 6 heures correspondant au rattrapage de la « journée de solidarité  ».

 

Pour cela, il faudra toutefois avertir votre IEN par courrier (voir pièce jointe)

 

 

5- PES

 

Les nouvelles et nouveaux enseignants stagiaires ont commencés leur année lundi 28 août à l’université d’Orsay. La CGT était là pour les accueillir avec son tract de rentrée (pièce jointe)

 

 

6- Formation continue

 

Un CTSD a eu en juin pour se prononcer sur la nouvelle carte de formation pour cette année.

Ce plan subit des coupes incroyables depuis plusieurs années.

La CGT s’est opposée à ce plan minimaliste qui ne peut nous aider convenablement à aborder tous nos besoins.

Il reste malgré tout quelques possibilités de stages.

 

Pour les collègues intéressés, vous pouvez vous inscrire sur le serveur académique jusqu'au 18 septembre.

 

 

7- Note de rentrée

 

 

Vous trouverez la note de rentrée ministérielle avec ce lien, pour celles et ceux qui souhaiteraient la consulter en cette période.

 

 

MARDI 20 JUIN 

SOMMAIRE 

 

1- La CGT a rencontré notre ministre

2- Justement les dédoublement en CP

3- Formation continue

4- Rythmes scolaires : une mascarade

5- Carte scolaire pour la rentrée

6- Temps partiels 

 

1- La CGT a rencontré notre nouveau ministre :

 

A la CGT éducation, la nomination au Ministère de l’Éducation Nationale de Jean-Michel Blanquer nous inquiète. Il est déjà connu puisque son dernier passage rue de Grenelle correspond aux ravages de la politique libérale mise en place par Nicolas Sarkozy et Luc Chatel.

Cette rencontre était l’occasion d’entendre ses premières orientations. A l’issue de ces premiers échanges, nous n’en savons pas plus que ce que le ministre a bien voulu dire dans les médias.

En affichant sa feuille de route pour les semaines à venir, le nouveau ministre réaffirme la volonté gouvernementale d’octroyer une plus grande liberté aux collectivités territoriales dans l’organisation de la semaine scolaire. La présentation de l’arrêté au Conseil Supérieur de l'Éducation (CSE) du jeudi 8 juin concernant les rythmes scolaires en est l'illustration. Il a décidé de présenter des textes, travaillés unilatéralement par son ministère et sans dialogue social, qui modifieront largement les conditions de travail des personnels et d’étude des élèves. Il applique ainsi la méthode du président Macron qui souhaite légiférer par ordonnances pour achever la casse du code du travail pendant l’été.

 

C’est la raison pour laquelle,  l’Union Régionale CGT Ile-de-France organise un rassemblement :

Mardi 27 juin à 12h

Esplanade des Invalides

 

2- Justement les dédoublements en CP

 

Si la réforme devait s'appliquer dès cette rentrée, les conditions d'organisation restaient obscures.

 

Ces dédoublements ne concerneront finalement que les CP en REP+.

Quid des "Plus De Maîtres Que De Classes"? Comment répartir ce dédoublement ? Par classes? ou par tranches de 12 élèves ?

Un groupe de travail pour réfléchir au dédoublement des CP (ou CP à 12) en REP+ s'est tenu à la direction départementale ce lundi.

 

La CGT n'avait pas ménagé sa peine en interrogeant un maximum de collègues des écoles concernées pour préparer cette réunion. Grâce à cela, nous avons pu étudier toutes les options choisies par la direction académique à l'aune des demandes et inquiétudes des collègues.

Il ressort de ces discussions les informations suivantes :

- la majorité des écoles ne pourront pas dédoubler les CP faute de locaux. Pour celles-ci, les "plus de maîtres que de classes" seront plus nombreux et amenés à travailler prioritairement (quasiment uniquement?) avec les CP.

- les autres écoles verront les PDMQDC exercer dans une classe de CP à effectif réduit. Les écoles où les PDMQDC ne seront pas suffisants auront des ouvertures de postes supplémentaires.

Par ailleurs, les PDMQDC qui ne souhaitent pas prendre de CP devraient normalement rester dans leur fonction selon les propos tenus par nos supérieurs à cette réunion.

 

 

3- Formation continue

 

La formation des personnels reste le parent pauvre de la dotation pour notre profession : de moins en moins de choix, de plus en plus de public désigné.

La CGT Education 91 regrette cette situation. Le comité technique traitant de cette situation n'est qu'une chambre d'enregistrement des informations de la direction. De plus, l'académie changeant chaque année les appellations des domaines de formations, il est très difficile d’en mesurer l’évolution.

Cette année, la direction nous a officiellement prévenus lors de ce comité de l'expérimentation d'une nouvelle formation pour les stagiaires. Une soixantaine d'entre eux sera sur 30 postes du Nord Essonne, par  binômes, et se partagera une classe par périodes de 3 semaines continues, en alternance.

 

A la CGT, nous nous interrogeons sur la concertation des collègues des écoles concernées et des futurs stagiaires sur ces postes.

Nous sommes d’ailleurs intervenus pour veiller à ce que la cohabitation de plusieurs dispositifs ne provoque pas de surcharge de travail pour les collègues et les équipes qui auront nécessairement à accompagner les stagiaires.

 

4- Rythmes scolaires

 

Alors que le ministre annonce à grands cris que les communes pourront dès la rentrée choisir les horaires qu'elles veulent, et le nombre de jours également - créant encore plus de pagaille qu'il n'y en avait déjà - aucun décret nécessaire à la bonne application de ses paroles n'est encore paru. Il est vrai que les promesses en périodes électorales sont plus porteuses que les décrets.

Dans l'attente de cet hypothétique décret, la CGT Education s'est inquiétée de cette organisation cacophonique. Une petite trentaine de communes aurait manifesté leur intérêt pour un retour à la semaine de quatre jours dans notre département.

La Direction départementale nous a indiqué qu'aucune dérogation ne serait accordée sans qu'un décret ne soit publié, et que si le décret prévoyait bien une dérogation aux 4jours et demi de classe, il faudrait alors que les mairies volontaires fassent une demande dans les formes en consultant les conseils d'école sur la demande de dérogation.

La CGT sera vigilante à ce que cette hypothétique mise en place se fasse dans le meilleur intérêt des collègues et des élèves.

 

 

5- Carte scolaire et préparation de la rentrée 2017 :

 

Cette rentrée 2017 verra encore les conditions d’études des élèves et de travail des personnels se dégrader. Avec 1400 élèves supplémentaires, les effectifs des classes vont encore plus se charger. Les ajustements pour la rentrée prochaine ont eu lieu lors d'un Comité technique mardi dernier. 19 ouvertures de postes pour 16 fermetures ont été prononcées cette fois-ci. Avec la carte scolaire de mars, cela représente seulement une quarantaine de classes supplémentaires sur tout le département.

L'annonce des classes à 12 élèves en CP dans toutes les écoles REP+ n’est qu’un paravent qui cache la situation désastreuse des écoles. Pire, cette mesure se faisant sans moyens supplémentaires elle aura inévitablement des conséquences désastreuses pour toutes les écoles. Les postes seront pris parmi les PDMQDC, les brigades de remplacement, les demandes de détachements ou de temps partiel sur autorisation. A la rentrée prochaine, la précarité va encore s’aggraver dans le 1er degré, il y aura plus d’une centaine de PE non-titulaire. Pour améliorer le recrutement, il y a urgence à revaloriser réellement le métier et améliorer les conditions de travail.

Nos collègues personnels administratifs auront également à subir cette dégradation. A moyens humains constants, ils auront, entre autres, à gérer le paradoxe d’un nombre d’enseignants insuffisant mais en constante augmentation !

 

 

6- Temps partiels

 

Les temps partiels n'ont visiblement pas été traités en CAPD, seuls les dossiers refusés faisant l'objet d'un recours gracieux seront étudiés.

Nous invitons les collègues concernés à prévenir les élus du personnel de leurs éventuels recours.

 

 

Jeudi 27 avril 2017

 

SOMMAIRE

 

 

 

 

 

1 - Faire barrage à l’extrême droite et lutter pour le progrès social et la démocratie

 

2 – Evolution salariale des agents contractuel.le.s : les choses bougent

 

3 - 1er mai : une journée de lutte et de mobilisation

 

 

 

 

1 - Faire barrage à l’extrême droite et lutter pour le progrès social et la démocratie

 

 

Les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises confirment les risques pour la démocratie, les droits des salariés et des citoyens. (Lire la suite du communiqué confédéral de la CGT…)

 

 

La CGT combat les idées de l’extrême droite : Pas une voix ne doit se porter sur sa candidate !

 

Vous trouverez les fiches argumentaires CGT contre le FN.

 

 

 

 

2 - Evolution salariale des agents contractuel.le.s : les choses bougent

 

Vous trouverez en pièce jointe notre communiqué académique qui fait un point sur les dernières négociations et les résultats obtenus concernant l'évolution salariale des collègues dans notre académie.

 

Au niveau national de nouveaux textes sont sortis que vous pouvez retrouver avec l'analyse qu'en fait la CGT en cliquant ici.

 

 

 

 

3 -  1er mai : une journée de lutte et de mobilisation

 

 Les politiques ultralibérales,  qui attaquent les services publics, précarisent les salarié.e.s, détruisent les solidarités, font le terreau de l’extrême-droite. L’opposition systématique entre les pauvres et les moins pauvres, entre les immigré.e.s et la population française est un leurre qui détourne du vrai débat qui est celui de la définanciarisation de l’économie et de l’entreprise et d’un autre partage des richesses.

 

Il convient de favoriser les investissements créateurs d’emplois dans l’industrie et dans les services sur l’ensemble du territoire. L’équilibre social et économique du territoire nécessite le redéploiement de services publics de proximité abandonnant les logiques financières au profit de la réponse à l’intérêt général. Les 56 milliards d’euros de dividendes versés en 2016 montrent qu’il n’y a pas de « crise » et que les financements existent pour une autre politique.

 

Il est inconcevable que certains perdent leur vie au travail pendant que d’autres la perdent car ils n’en ont pas, ou sont trop peu rémunérés. La CGT propose la valorisation du travail par une augmentation significative des minima sociaux, des salaires et des pensions, un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et l’établissement de la durée légale du temps de travail à 32 heures. 

 

La CGT invite l’ensemble des travailleur.euse.s, des privé.e.s d’emplois, des retraité.e.s porteur.euse.s des valeurs de progrès social, de solidarité et de paix à participer aux manifestations du 1er mai 2017.

 

Vous trouverez le tract de l’URIF-CGT ici.

 

Manifestation parisienne

 

République / Nation

 

(RDV UD-CGT 91 : Métro Filles du Calvaire)

 

14h30

 

Jeudi 9 mars 2017

 

 

SOMMAIRE

 

1 - Mouvement 

2- Temps partiels : la circulaire est publiée 

3- Rentrée scolaire : premier éléments 

 

1- Mouvement départemental : début le 14 mars

 

Le mouvement départemental des enseignants du premier degré ouvrira la semaine prochaine. Le serveur de saisie des vœux d’affectation sera ouvert du mardi 14 mars à 12h00 (ouverture) au lundi 27 mars 2017 à 12h00 (fermeture).

Retrouvez toutes les informations disponibles sur notre site.

Si vous avez besoin de conseils ou d'informations plus précises, n'hésitez pas à nous contacter.

 

 

2- Temps partiel : la circulaire est publiée

 

La circulaire sur les temps partiels est sortie la semaine dernière.

Les dossiers sont à déposer pour le 15 mars au plus tard (alors même que le document n'est arrivé que fin février dans les écoles...) !!

Ces délais particulièrement ténus sont regrettables. Nous invitons les collègues intéressé-es à consulter les textes et les annexes de la Dsden à ce sujet.

 

 

3- Rentrée scolaire : premiers éléments

 

Le Comité technique départemental s'est tenu jeudi 2 mars.

Les représentants de la CGT Education ont défendu les écoles et toutes les situations qui lui avaient été signalées.

Lors de cette réunion, les échanges ont permis de dégager plusieurs informations et de revenir sur quelques situations importantes.

A l'issue du CTSD, il y a eu 79 ouvertures et 70 fermetures de postes dans les écoles, 24 créations de postes "plus de maîtres que de classes" 29 postes de remplacements, 11 postes de TPS ainsi que quelques modifications dans les postes spécifiques.

 

Vous trouverez notre déclaration préalable ici.

19 JANVIER 2017

  

SOMMAIRE

 

1 – Rentrée 2017 : quelle carte scolaire ?

2 – La maison des syndicats ne doit pas disparaitre !

3 – Ineat-Exeat, disponibilité : les circulaires sont parues

 

 

1 – Rentrée 2017 : quelle carte scolaire ?

 

Comme chaque année, le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) se réunira sur la carte scolaire (début des travaux le 2 février), question cruciale pour des dizaines d’écoles et d’établissements qui sont menacés d’éventuelles fermetures ou, au contraire, qui pourraient bénéficier d’ouvertures de classes.

Le Comité Technique est consulté notamment sur les questions d'organisation et de gestion des effectifs des établissements du département.

 

Dans un contexte départemental de nombres de postes insuffisants (pas assez de créations de postes pour absorber la hausse démographique, postes hors classe [RASED, BD, ZIL…] exsangues, …), un Groupe de travail aura lieu le 2 février et un Comité Technique départemental se tiendra le 23 février. Lors de cette réunion, nous examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’écoles qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer.

 

2 – La maison des syndicats ne doit pas disparaitre !

 

Le Président du Conseil Départemental a annoncé sa décision d’expulser les syndicats de la Bourse du Travail d’Évry (où se trouvent les bureaux de la CGT éduc’action 91), leur proposant de se reloger dans des locaux trop petits pour accueillir du public, organiser des réunions. La Maison des Syndicats est le bien commun de tous les salariés de l'Essonne pour la défense de leurs droits et garanties collectifs et individuels.

 

Nous vous invitons à signer et faire signer la pétition en ligne ici

 

 

3 – Ineat-Exeat : les circulaires sont parues

 

La circulaire des Ineat/Exeat pour la rentrée 2017 ainsi que les annexes sont parues et disponibles ICI.

 

 

La circulaire disponibilité et ses annexes, sont, elles, disponibles en bas de cette page internet de la Dsden.

5 JANVIER 2017

 

SOMMAIRE

 

1 - Bonne année !

2 - Salaires : où en sommes-nous ? 

3 – Livret Scolaire Unique : stop aux pressions !
4 - Carte scolaire

 

 

 

1 – La CGT Education vous souhaite une très bonne année !

 

En ce début d’année, la CGT éducation 91 vous présente ses meilleurs vœux pour 2017.

 

2 – Salaires : où en sommes-nous ?

 

Vous trouverez ci-dessous l’ensemble des grilles de salaires nous concernant mise à jour au 1er janvier 2017.

S’il y a bien une augmentation liée au PPCR au premier janvier 2017qui va, en fonction des échelons de -0,05% % à 1,15%, celle-ci ne compense même pas les pertes de pouvoir d'achat depuis 2010 (+ de 6%!), et nous ne parlons même pas des pertes depuis 2000 (+ de 17%!). Quant à l'augmentation de 0,6% au 1/2/2017, elle n'est pas liée au PPCR. 

Nous l’avons écrit et le réaffirmons, le PPCR est une escroquerie.

(Pour l’ensemble des grilles, lire la suite…)

 

3 - Livret Scolaire Unique : stop aux pressions !

 

Depuis la rentrée, et plus particulièrement en cette fin de trimestre, de très nombreux-ses collègues s’inquiètent de l’obligation qui leur est faite par leurs chef-es d’établissement ou Inspecteur-trice-s de remplir le Livret Scolaire Unique (Numérique). 

La CGT Éduc'action tient à rappeler que les textes réglementaires devant instaurer ce livret ont été retirés de l’ordre du jour du Conseil Supérieur de l’Éducation de septembre 2016 et qu’ils devront être représentés d’ici juin 2017. Dans ces conditions, cette année scolaire est une année de test et l'utilisation du livret scolaire numérique n'est pas obligatoire ni généralisée… (Lire la suite)

 

4 - Carte scolaire

 

Comme chaque année, le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) se réunira sur la carte scolaire, question cruciale pour des dizaines d’écoles et d’établissements qui sont menacés d’éventuelles fermetures ou, au contraire, qui pourraient bénéficier d’ouvertures de classes.

Le Comité Technique est consulté notamment sur les questions d'organisation et de gestion des effectifs des établissements du département.

 

Dans une situation départementale insuffisante (avec pas assez de créations de postes pour absorber la hausse démographique, réseaux d’aide exsangues, …), un Comité Technique départemental est prévu en février. Lors de cette réunion, nous examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’écoles qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

 

  

 

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer.

JEUDI 17 NOVEMBRE 2016

 

 

 

 

 

SOMMAIRE

 

 

 

1- Mutations nationales : le serveur est ouvert

 

2- Inspection : quelle évaluation ?

 

3- Remplacement et formation : Où va t'on ?

 

4- Le Petit Cahier

 

 

 

 

 

1- Mutations nationales : le serveur est ouvert

 

La note ministérielle pour les mutations est parue ce jeudi 10 novembre.

 

Les inscriptions se feront sur le serveur via i-prof du jeudi 17 novembre au mardi 6 décembre à midi.
Vous pouvez trouver notre dossier mutation sur le site national de la CGT Educ'action.  

 

Pensez à le renvoyer. La CGT Educ'action peut vous accompagner.

 

Contactez-nous : unsen.1er-degr@ferc.cgt.fr

 


 

2- Inspection : quelle évaluation ?

 

Suite à la réunion de clôture, du 13 octobre 2016, sur la mise en œuvre du PPCR pour les personnels enseignants, d’éducation et d’orientation, le ministère a précisé les documents qu’il avait soumis à discussion avec les organisations syndicales depuis le mois de juin. Nous aurons les projets de textes définitifs lors d'un prochain CTM... 

 

Lire la suite : Évaluation et avancement des personnels ...

 

 

 

3- Remplacement et formation : Où va t'on ?

 

Notre Ministre a fait 2 annonces :
Pour résoudre le problème du remplacement fusion des postes de BD etZIL... En clair les ZIL comme les BD pourront remplacer sur tout le département... Quand on sait que les postes de BD sont donnés "en force" aux sortant-es de l'ESPE car ils ne sont pas demandés... Encore une amélioration de carrière pour nos jeunes collègues:-\
La Formation Continue serait faite sur le temps de vacances (rémunérés à priori dans un premier temps...) Ce sera difficile de s'y soustraire quand on sait que les formations suivies font partie des critères d'évaluation dans le cadre du PPCR!!!
La CGT y est bien sûr opposée, cela dégradera nos conditions de travail et ne résoudra pas fondamentalement la crise du remplacement dans nos établissements.

 

 

 

4- Le Petit Cahier

 

Retrouvez les articles suivants dans

 

Le Petit Cahier N°38. Publication 1° degré de la Cgt-Educ’Action

 

 Éditorial : " On ferme !" Changement de propriétaire à venir.

 

 Généralisation du domaine de la précarité dans l’éducation.

 

 Ressources humaines : quand l’affichage ne colle pas avec la réalité.

 

 Sécurité : écran de fumée ?

 

 PPCR : c’est quoi ? c’est quand ?

 Psychologues scolaires : un nouveau corps et tous les problèmes seraient réglés

 

Jeudi 15 septembre 2016

 

 

 

 

Rythmes scolaires : la réforme impacte également fortement les atsem et les animateurs-trices

 

La Fédération des services publics CGT, soutenue par la CGT Éduc'action, appelle avec une large intersyndicale à une nouvelle mobilisation nationale le 19 septembre de tou-tes les salarié-es et de tou-tes les agent-es concerné-es par les temps d’accueils périscolaires. 

 

Soucieux de faire admettre la réforme des rythmes scolaires aux municipalités, le gouvernement avait prévu des mesures dérogatoires et transitoires concernant l’encadrement des activités périscolaires. Afin que cette réforme ne pèse pas trop financièrement sur les communes, un plan d’aide financier avait été instauré et le taux d’encadrement avait été modifié pour embaucher le moins de personnel possible. Ainsi, il était prévu un-e animateur-trice pour quatorze mineur-es âgé-es de moins de six ans et un-e animateur-trice pour dix-huit mineur-es âgé-es de six ans ou plus. Ces aménagements ont été vécus douloureusement par les personnels des collectivités territoriales puisqu’ils dégradaient leurs conditions de travail et apparaissaient comme une négation de leur professionnalisme et de leur spécificité. Aujourd’hui, alors que la question des rythmes scolaires n’est pas close pour les professionnels de l’Ecole et pour les parents (renouvellement des projets éducatifs territoriaux, aménagement des horaires…), le gouvernement accélère le tempo en vue des élections présidentielles de 2017. Il semble vouloir solder les affaires courantes et les dossiers suscitant des mécontentements. Ainsi, par un décret du 1er août, pendant la trêve estivale, il pérennise le provisoire et l’expérimental en rendant définitif ces taux d’encadrement ainsi que les mesures dérogatoires d’organisation de la semaine sur 5 jours.

La CGT dénonce cette pratique qui nie les remarques des partenaires sociaux et qui institutionnalise davantage des pratiques dangereuses pour les enfants et les personnels intervenant dans le milieu scolaire. Pour la CGT, d’autres propositions existent et doivent être entendues par le gouvernement.  Elle considère que la bataille contre cette réforme des rythmes scolaires n’est pas terminée. 

 

Pour ces raisons, la Fédération des services publics CGT, soutenue par la CGT Éduc'action, appelle avec une large intersyndicale à une nouvelle mobilisation nationale le 19 septembre de tou-tes les salarié-es et de tou-tes les agent-es concerné-es par les temps d’accueils périscolaires.

 

JEUDI 1er SEPTEMBRE 2016

 

 

 

 

SOMMAIRE

 

 

 

 

 

 

1- Bonne rentrée 

 

2- Effectifs – carte scolaire

 

3- Formation continue

 

 

 

 

 

1- Bonne rentrée

 

 

 

 

La CGT Éducation 91 vous souhaite à tous une bonne rentrée 2016 !

 

Nous sommes avec vous pour défendre vos situations d’écoles et répondre aux demandes individuelles.

 

 

                          

 

2- Effectifs – Carte scolaire

 

 

Un Comité Technique dit "d'ajustement" aura lieu le vendredi 2 septembre.
Si vos effectifs de rentrée ont été modifiés, merci de nous retourner complété le formulaire téléchargeable ici .
 

 

 

 

 

3- Formation continue

 

 

Un CTSD a eu lieu mardi dernier pour se prononcer sur la nouvelle carte de formation pour cette année.

 

 

Ce plan subit des coupes incroyables : 3000 journées de stages en moins sur une seule année (20 % de journées de stage en moins sur du temps de travail) !

 

Il ne reste plus que très peu de possibilités de choix. La CGT s’est opposée à ce plan minimaliste qui ne peut nous aider convenablement à aborder tous nos besoins.

 

 

Pour les collègues intéressés, vous pouvez vous inscrire sur le serveur académique jusqu'au 29 septembre.

 

JEUDI 16 JUIN 2016

 

 

SOMMAIRE

 
 
 

1- CTSD : rentrée scolaire 2016

 

2- Une « Revalorisation » des salaires en trompe l’œil

 

3- Contre la loi « travail » : on continue les 23 et 28 juin !

 

4- EXEAT bloqués!

 

 

 

1- CTSD : rentrée scolaire 2016

 

 

Le comité technique s'est tenu ce matin.

 

Toutes les situations qui nous avaient été transmises par les collègues ont été vérifiées et défendues. Au final, il y aura 117 ouvertures de classes pour 89 fermetures :

 

28 classes supplémentaires annoncées pour 1600 élèves de plus sur le département, pour la CGT Educ'action 91, le compte n'y est pas !

 

Le nombre moyen d'élèves par classe va encore augmenter.

 

La dotation ne permet pas de mener toutes les missions nouvelles (maitre+, TPS,...), de compenser les hausses d'effectifs et de pallier au manque cruel de remplaçants.

 

La CGT Éducation a donc voté contre cette dotation.

 

 

 

Vote final sur la carte scolaire : 3 contres, 6 abstentions

 

 

 

 

 

2- Une « Revalorisation » des salaires en trompe l’œil 

 

 

Le Ministère communique à grand renfort de publicité sur une revalorisation des rémunérations des personnels enseignant-e-s. Cette revalorisation s’étalera dans le temps, entre le janvier 2017 et janvier 2020, donc sans garantie. En partie, selon un principe de conversion de primes en points d’indices, c’est une bonne opération pour le calcul des pensions, mais cela n’augmentera pas le salaire net.

 

Pour la Classe Normale, les nouvelles durées d’échelon seront fixées entre celles antérieures du choix et du grand choix. Uniquement aux échelons 6 et 8, un avancement accéléré d’une année bénéficiera à 30% des personnels de ces échelons. La durée de la Classe Normale qui résulte est en moyenne de 25,4 ans.  Auparavant, un avancement au grand choix dans la classe normale, ne s’étalait que sur une durée de 20 ans.

 

Il y a aura un reclassement dans la carrière « rénovée » au 1er septembre 2017. Les personnels appartenant à la classe normale seront reclassés, à identité de grade, à l’échelon équivalent avec conservation de l’ancienneté acquise.

 

L’accès au 3ème grade (classe exceptionnelle) :

 

L’accès à ce 3ème grade ne sera réservé qu’à un toute petit nombre de personne. Il faudra avoir pendant 8 ans occupé des fonctions particulières ou exercé dans des établissements difficiles (8%). Seulement 2% des autres collègues auront la possibilité d’accéder à ce grade. La CGT est opposée à ce mode d’accès dans la mesure où 90 % des collègues en seront irrémédiablement exclus.

 

 

La revalorisation tant vantée par le Ministère est donc plus que limitée, et ne compense surtout pas les pertes de pourvoir d’achat cumulée depuis 2010. Pour de nombreux collègues, le rythme de progression dans les échelons sera ralenti. Le 3ème grade (Classe exceptionnelle) ne concernera que 10% de l’effectif d’un corps. L’immense majorité des personnels n’aura pas d’amélioration de sa carrière.

 

C’est ce que nous dénoncions déjà en septembre 2015, lors des négociations sur les PPCR et qui avait motivé notre décision de ne pas signé les accords.

 

La CGT revendique une augmentation immédiate de 400€ pour tou.te.s !

 

 

 

Vous trouverez l’analyse complète de la CGT éducation ici.

 

 

 

 

3- Contre la loi « travail » : on continue les 23 et 28 juin !

 

 

Après le succès de la manifestation du 14 juin, le gouvernement reste sourd et ne répond que par de nouvelles provocations. Vous trouverez ici la réponse de la CGT aux propos honteux de Manuel Valls. Deux prochaines journées de mobilisation sont annoncées les 23 et 28 juin.

 

Vous trouverez ici le communiqué de l’intersyndicale.

 

 

 

 

 

4- EXEAT bloqués!

 

 

Alors que la CAPN en avait déjà accordé 13, Tous les EXEAT du 2ème mouvement sont bloqués !

 

Nous condamnons cette mesure contre-productive, qui place des collègues dans des situations personnelles dramatiques. Cela n’améliorera pas la situation des écoles, il y a de forts risques que les collègues soient en disponibilité…Ce n’est pas comme cela qu’on redonnera de l’attractivité au métier…

 

La votation citoyenne organisée par les 7 organisations syndicales doit permettre à tous les salarié-e-s, jeunes, privé-e-es d’emplois, retraité-e-s et citoyen-ne-s de s’engager dans la mobilisation.

Pour cela, nous vous invitons à faire voter le maximum de personnel dans les établissements en faisant le tour des services, de l'administration, des loges, des cantines, des salles des maîtres et des profs... Tou.te.s les salarié.e.s sont appelé.e.s à s'exprimer.

Voici un nouveau moyen de vous exprimer :

 

PARTICIPEZ-Y EN VOUS INSCRIVANT EN LIGNE ! 

2- Loi travail : grève et manifestation le 14 juin

 

La mobilisation contre la loi « Travail » a pris une nouvelle ampleur. Les grèves s’étendent et s’enracinent. Pour ne pas « ouvrir un second front », le gouvernement a été obligé de reporter des annonces sur le temps de travail des fonctionnaires. Nous sommes en train de gagner, et nous devons amplifier la mobilisation.

N’oubliez pas de déposer vos intentions de grève (modèle ici), à renvoyer directement à l’Inspecteur de l’Education Nationale par lettre, télécopie ou messagerie électronique professionnelle (prénom.nom@ac-versailles.fr) au plus tard 48 h avant l’entrée en grève.

La FERC-CGT a déposé un préavis pour l’ensemble du mois de juin.

La prochaine grande journée de mobilisation sera le :

14 juin avec une manifestation nationale à Paris

13h Place d’Italie

Vous trouverez ici le tract de la CGT éduc’action.

 

 

3- Rentrée : carte scolaire

 

Jeudi 16 juin se tiendra le Comité technique spécial Départemental qui devrait ajuster les opérations de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Comme chaque année, le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) se réunira sur la carte scolaire, question cruciale pour des dizaines d’écoles et d’établissements qui sont menacés d’éventuelles fermetures ou, au contraire, qui pourraient bénéficier d’ouvertures de classes.

Le Comité Technique est consulté notamment sur les questions d'organisation et de gestion des effectifs des établissements du département.

Nous y examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’école qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer. 

 

4- L'ISAE et l'ISOE c'est un minimum pour toutes et tous !

 

Signez et faites signer la pétition nationale lancée par la Cgt-Educ'Action

Le Ministère de l'Education a annoncé l'alignement de l'ISAE 1° degré sur l'ISOE 2° degré.  

Au-delà de l’opération de communication en direction des personnels enseignants à quelques mois d’échéances électorales, cette mesure vise à rétablir l’équité entre les personnels du premier et du second degré. 

Cependant, cela ne doit pas nous faire oublier que tous les personnels du 1° degré ne touchent pas l'ISAE (collègues spécialisés, conseillers-ères pédagogiques, enseignant-e-s référent-e-s…), et que certains personnels du second degré ne perçoivent pas l'ISOE (CPE, professeur-e-s documentalistes, AED..).

Si la CGT Éduc’action s’oppose au recours systématique d’attribution de primes comme seule source d’augmentation de revenus, elle demande que tous les personnels enseignants et d'éducation du 1° degré comme du second degré (titulaires et non titulaires) puissent en bénéficier. 

Nous demandons que ces primes soient intégrées au salaire sous forme de points indiciaires, points dont la valeur doit être augmentée dès maintenant. Nous demandons aussi le rattrapage immédiat des pertes de salaires depuis 2000 avec l’augmentation de 400€ net pour tous les personnels.  

Vendredi 3 juin 2016

 

 

 

SOMMAIRE

 

 

1- Rentrée : carte scolaire

 

2- l'ISAE et l'ISOE c’est un minimum pour toutes et tous !

 

3- Mobilisation contre la loi travail: votation citoyenne et 14 juin

 

 

 

 

1- Rentrée : carte scolaire

 

 

Jeudi 16 juin se tiendra le Comité technique spécial Départemental qui devrait ajuster les opérations de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Comme chaque année, le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) se réunira sur la carte scolaire, question cruciale pour des dizaines d’écoles et d’établissements qui sont menacés d’éventuelles fermetures ou, au contraire, qui pourraient bénéficier d’ouvertures de classes.

Le Comité Technique est consulté notamment sur les questions d'organisation et de gestion des effectifs des établissements du département.

Nous y examinerons les situations d'écoles et devrons nous prononcer sur les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine.

Afin de permettre à nos représentant-e-s d’intervenir sur les différentes situations d’école qui nécessitent d’être défendues, nous vous invitons à nous communiquer les différents éléments concernant la situation de votre école en remplissant le questionnaire téléchargeable ici et à nous le retourner.

Cela nous permettra de vérifier les chiffres de l’IA, d’intervenir en défense de votre situation et de vous informer. 

 

 

 

2- l'ISAE et l'ISOE c’est un minimum pour toutes et tous!

 

 

 

Signez la pétition nationale que vient de lancer la Cgt-Educ'Action

Le Ministère de l'Education a annoncé l'alignement de l'ISAE 1° degré sur l'ISOE 2° degré.  

Au-delà de l’opération de communication en direction des personnels enseignants à quelques mois d’échéances électorales, cette mesure vise à rétablir l’équité entre les personnels du premier et du second degré. 

 

Cependant, cela ne doit pas nous faire oublier que tous les personnels du 1° degré ne touchent pas l'ISAE (collègues spécialisés, conseillers-ères pédagogiques, enseignant-e-s référent-e-s…), et que certains personnels du second degré ne perçoivent pas l'ISOE (CPE, professeur-e-s documentalistes, AED..).

Si la CGT Éduc’action s’oppose au recours systématique d’attribution de primes comme seule source d’augmentation de revenus, elle demande que tous les personnels enseignants et d'éducation du 1° degré comme du second degré (titulaires et non titulaires) puissent en bénéficier. 

 

Nous demandons que ces primes soient intégrées au salaire sous forme de points indiciaires, points dont la valeur doit être augmentée dès maintenant. Nous demandons aussi le rattrapage immédiat des pertes de salaires depuis 2000 avec l’augmentation de 400€ net pour tous les personnels. 

 

 

 

3-Mobilisation contre la loi travail: votation citoyenne et 14 juin

 

 

 

La mobilisation contre la loi « Travail » a pris une nouvelle ampleur. Les grèves s’étendent et s’enracinent. Pour ne pas « ouvrir un second front », le gouvernement a été obligé de reporter des annonces sur le temps de travail des fonctionnaires. Nous sommes en train de gagner, et nous devons amplifier la mobilisation.

 

La FERC-CGT a déposé un préavis pour l’ensemble du mois de juin.

 

Nous pouvons utiliser la « votation citoyenne » pour massifier la mobilisation avec en perspective la réussite de la journée du 14 juin. Pour cela, nous vous invitons à faire voter le maximum de personnel dans les établissements en faisant le tour des services, de l'administration, des loges, des cantines, des salles des maîtres et des profs... Tou.s.tes les salarié.e.s sont appelé.e.s à s'exprimer.

Vous trouverez en ligne le tract de présentation et le matériel pour la votation. Merci de nous retourner les bulletins complétés avant le 9 juin.

 

La prochaine grande journée de mobilisation sera le

14 juin avec une manifestation nationale à Paris

13h Place d’Italie

 

Vous trouverez ici le tract de la CGT éduc’action.

JEUDI 12 MAI 2016

 

 

 

SOMMAIRE

 

 

 

 

 

1- Le 49.3 des salarié.e.s c'est la grève !

 

2- ISAE : une mesure de justice qui ne règle pas le contentieux et ne règle pas le problème des inégalités de traitement entre collègues

 

3- La circulaire de rentrée 2016

 

4- Création de 60 000 postes : du mythe à la réalité !

 

5- Calendrier prévisionnel des instances

 

 

 

1-Le 49.3 des salarié.e.s c'est la grève !

 

Les jeunes et les salariés se mobilisent depuis plus de deux mois, la seule réponse du gouvernement est la répression. Ignorant le rejet massif de la loi travail dans l'opinion, le gouvernement a décidé de passer en force avec le 49-3, une fois de plus, montrant ainsi la "qualité" de son dialogue social ! Cette loi, voulue et soutenue par le patronat, va détruire un peu plus les possibilités de protection collective des salarié.e.s.

 

Nous devons nous mobiliser massivement pour bloquer cette loi !

 

Les prochains RDV sont les 17 et 19 mai prochains.

 

La CGT, FO, la FSU, Solidaires, UNL, FIDL et UNEF appellent à des journées de grèves et de manifestations. ici le communiqué unitaire.

 

N’oubliez pas de déposer vos intentions de grève (modèle ici), à renvoyer directement à l’Inspecteur de l’Education Nationale par lettre, télécopie ou messagerie électronique professionnelle (prénom.nom@ac-versailles.fr) au plus tard 48 h avant l’entrée en grève

 

 

 

2-ISAE : une mesure de justice qui ne règle pas le contentieux et ne règle pas le problème des inégalités de traitement entre collègues

 

L'ISAE augmentera donc en septembre de 800€ par an et passera de 400€ à 1200€/an. C'est une mesure de justice qui permettra de réduire les écarts entre le 1° et le second degré, et en cette période de vache maigre, toute augmentation est bonne à prendre...
Reste que les pertes depuis 2000 de nos carrières vont de 170€ à plus de 300€ par mois... Cette augmentation de l'ISAE est donc loin de rattraper le retard (entre la moitié et moins d'un tiers de ces pertes mensuelles en fonction de la situation de chacun-e)...
Reste aussi que tous les personnels du 1° degré (comme d'ailleurs c'est aussi le cas pour l'ISOE dans le second degré) ne la touchent pas. Il reste donc à obtenir que tous-tes les instits et PE soient sur un pied d'égalité quelque soit la fonction occupée.
Reste enfin que cette augmentation  d'une prime ne rentre pas dans le calcul des retraites (si ce n'est très partiellement via la RAFP)
Pour la Cgt-Educ'Action, comme pour toute la Cgt, il y a urgence à rattraper le pouvoir d'achat de toutes et tous par une augmentation significative du point indiciaire.

 

 

 

3- La circulaire de rentrée 2016

 

La circulaire de rentrée 2016, publiée le 14 avril 2016, est, sans surprise, une ode à la "refondation de l'école". Le ministère de l’Éducation a exclu des discussions sur cette circulaire un certain nombre d'organisations syndicales, dont la CGT Éduc'action, parce que celles-ci s'opposent aux contre-réformes menées...

 

Lire la suite : Circulaire de rentrée 2016 : une ode à la gloire de la "refondation de l'école"

 

 

 

4- Création de 60 000 postes : du mythe à la réalité !

 

Le Président de la République a réitéré son annonce de 60 000 postes dans l’Éducation dont 5 000 dans l’enseignement supérieur et 1 000 dans l’enseignement agricole. Le total des créations d’emplois (ETP) d’enseignant-es depuis le début du quinquennat est de 11 819. Quant aux autres personnels, seulement 100 postes d’administratif-ves et 350 emplois d’AESH seront créés à la rentrée 2016 ce qui est largement insuffisant. Loin de l’affichage et de la communication gouvernementale, ce faible niveau de création de postes ne permet pas d’améliorer sensiblement les conditions de travail des personnels et d’études des élèves.

 

Lire la suite ici

 

 

 

5- Calendriers prévisionnels des instances

 

Concernant le mouvement départemental des personnels vous pouvez retrouver le déroulé ici

 

Concernant les autres instances voici le calendrier :

 

26/05  Commission de réforme

 

14/06  CHSCTD

 

16/06  CTSD 1er degré : ajustement carte scolaire

 

16/06  CAPD : Ineat-Exeat ; liste d'aptitude professeurs des écoles

 

23/06  CTSD : assistance éducative ; rythmes scolaires

 

23/06  CTSD : formation continue plan départemental

 

27/06  CDEN : carte scolaire ; assistance éducative ; rythmes scolaires

 

30/06  CAPD : affectation postes à profil ; affectation postes spécifiques ; temps partiels

 

30/06  Commission de réforme

 

 

Jeudi 14 avril 2016

 

 

 

Sommaire

 

 

 

 

1- 28 avril: marche contre la loi Travail

 

2 - La CGT Educ'action Versailles appelle à amplifier le mouvement

 

 

 

 

 

1- 28 avril: marche contre la loi Travail

 

Le 31 mars et le 9 avril, des millions de manifestant-e-s ont exigé le retrait du projet « El Khomri » et un code du travail moderne, protecteur pour toutes et tous. 

 

C’est en faisant encore grandir le rapport de force que nous ferons reculer le gouvernement, partout en France même sur vos lieux de vacances !

 

La CGT, avec Fo, FSU, Solidaires, Unef, UNL, Fidl, appelle à faire du jeudi 28 avril une grande journée de mobilisation avec grève et manifestations partout en France

 

 

 

En région parisienne, la manifestation partira de Denfert-Rochereau à 14 heures.

 

 

 

Plus de 70 % de la population se déclare opposé au projet. Jeunes, retraité-e-s, act-ifs-ives, salarié-e-s, privé-e-s d'emplois, parents, citoyen-nes... nous pouvons contribuer à la réussite de cette journée, avec celles et ceux qui étaient dans la grève, dans la rue, le 31 mars et celles et ceux qui n'ont pas encore participé aux mobilisations. 

 

Gagner des droits nouveaux, permettre à tou-s-tes les salarié-e-s de bénéficier d'un même code du travail que l'on soit salarié-e d'une grande entreprise, d'une TPE ou de l'artisanat, c'est possible. 

 

Pour cela, la CGT vous invite à la rejoindre pour renforcer le syndicat, comme le font de nombreux-euses salarié-e-s depuis le début de l'année et dans les récentes luttes. 

 

Gagner des droits nouveaux, c'est aussi revendiquer, proposer et négocier dans chaque entreprise, sur les salaires, les conditions de travail, le temps de travail.... À partir d'un socle commun de droits : le Code du travail ! 

 

Cela nécessite d'avoir un syndicat  CGT avec des adhérent-e-s partout. 

 

 

LA LOI « EL KHOMRI » C'EST …

 

Travailler plus pour gagner moins, c'est plus de droits pour les employeurs et moins pour les salarié-e-s. Le projet de loi c'est pouvoir être viré plus facilement, c'est subir le chantage à l'emploi en favorisant les licenciements y compris avec des licenciements économiques dans des groupes dégageant des bénéfices ! 

 

C'est le risque maximal pour les salarié-e-s et la sécurité pour les actionnaires, alors que les dividendes qui leur sont versés progressent chaque année. 

 

C'est aussi la remise en cause des 35 heures et des repos alors que travailler 32 heures est la solution pour travailler mieux et réduire le chômage. La remise en cause des 35 heures affectera à la fois la vie dans le travail et hors travail en pénalisant, notamment encore les femmes. 

 

Le tract au format pdf

 

 

2 - La CGT Educ'action Versailles appelle à amplifier le mouvement

 

 

Lors de notre congrès académique, La CGT Educ'action a voté à l'unanimité un appel pour amplifier le mouvement contre la loi El-Khomri.

 

Vous trouverez en lien cet appel du congrès de la CGT Educ’action Versailles.

 

 

Jeudi 24 mars

 

 

 

Sommaire

 

 

 

1- Jeudi 31 Mars : mobilisation contre la loi travail

 

2- Mouvement départemental

 

3- Salaires

 

4- Temps Partiels

 

5- "Déontologie" des fonctionnaires

 

6- Attentats en Belgique

 

7- La CGT Educ' a son Facebook

 

 

1- Jeudi 31 Mars : mobilisation contre la loi travail

 

 

La mobilisation contre la loi « El Komri » s’amplifie.

 

Vous trouverez ici, le communiqué intersyndical des organisations  départementales CGT éducation, FNEC-FP,-FO, FSU et Sud éducation.

 

 

La CGT appelle à participer à toutes les initiatives en cours et à être massivement en grève le 31 mars 2016

 

 

TOUTES ET TOUS Concerné-s !

 

Pour la CGT, nous exigeons toujours le retrait des lois antisociales (Macron, Rebsamen, El Khomri)

 

Vous trouverez ici, l'analyse de la loi travail par l'Union Départementale CGT de l'Essonne.

 

 

Les intentions de faire grève doivent être déposées au plus tard le lundi 28 mars par la boite mail professionnelle ou dans la boite à lettre de votre circonscription.